L’assassinat du Journaliste Nehemie Joseph: L’AJH proteste

L’association des journalistes haïtiens n’a pas tardé à s’exprimer sur la réalité des journalistes haïtiens dont leur sécurité n’est pas garantie dans l’exercice de leur fonction. En effet, dans la soirée du jeudi 10 octobre 2019, le journaliste à radio Panic FM et correspondant de radio Méga a Mirebalais, Néhémie Joseph a été assassiné.

La liste des journalistes assassinés ou portés disparu continu de s’allonger. Dans la note qu’elle a publié, l’AJH à rappeler qu’entre 2018 à 2919, déjà 3 journalistes dont Néhémie Joseph, y figurent. Alors que les inculpés pour ces crimes se font rares. Un fait qui porte l’AJH a douté des forces de Police bien qu’elle réclame qu’une enquête soit ouverte au plus vite en vue d’identifier les auteurs du meurtre de Néhémie Joseph.

L’AJH dans la note de protestation portant la signature du secrétaire général, Jacques Desrosiers a également dénoncé en plus des assassinats et des disparitions, les bastonnades, les agressions et les attaques contre des journalistes et des travailleurs de presse. Par conséquent, l’association des journalistes haïtiens condamne l’impunité qui selon elle favorise la répétition de ces actes.

A noter que la victime Néhémie Joseph avait déjà fait part sur les réseaux sociaux dont Facebook qu’il subissait des menaces en rapport à sa position politique. S’il faisait comprendre que sa sécurité était menace, ces temps de crise socio politique n’ont fait qu’aggraver la situation.

Déplorant ce nouvel assassinat, l’AJH a donc appelé les journalistes à être prudent en vue d’éviter d’autre mort ou de nouvelles de disparition dans le milieu de la presse.