Jovenel Moïse ne fait qu’amplifier le mouvement des rues

En conférence de presse, ce mardi 15 octobre 2019, le président de la république Jovenel Moise a tenté de sauver sa peau au jardin du palais national. Malgré la demande de la population exigeant sa démission, il n’entend pas quitter le pouvoir.

Depuis environ quatre mois le pays ne fonctionne qu’en mode lock. L’opposition démocratique ne cesse de fouler le macadam toujours pour exiger la démission du président de la république, Jovenel Moïse, indexé le rapport de la cour supérieure des comptes et du contentieux administratif pour avoir détourné de l’argent alloué au programme de petroCaribe. Aucune mesure n’a été prise par la justice Haïtienne en vue de faire la lumière sur ce fameux dossier touché par les petrochallengeurs en été écoulé.

On est à deux mois sans gouvernement, tout est démissionnaire. Jovenel Moise ne fait que nommer des ministres démissionnaires dans un gouvernement démissionnaire. Un ministre à lui seul occupe deux postes ministériels, d’un coup, leur frais devient le double dans un pays où des gens ne peuvent pas manger au moins une fois par jour. Les couches défavorisées continuent de vivre dans la misère.

Le pays n’est pas gouverné. Les portes d’école sont encore fermées, pas même une note pour tenter de ré-ouvrir les établissements scolaires du pays. Mon cher le président, l’heure est extrêmement grave, il faut tirer la révérence. Haïti ne peut pas diriger avec la dictature, il faut prendre pour modèle des pays où la démocratie triomphe au bonheur de tous. L’insécurité nous a fait peur, personnes ne peuvent traverser le bicentenaire avec quiétude d’esprit. Des individus lourdement armés serment la terreur au sein de la population si misérable de ce quartier réputé dangereux. Ou sont passés nos policiers? Ils sont là uniquement pour malmener la population qui réclame une meilleure condition de vie.

Il arrive qu’un président de la république devienne introuvable pendant plusieurs jours. 17 octobre, Jovenel Moïse ne pouvait pas se rendre au Pont Rouge pour célébrer la mort de notre empereur Jean Jacques Dessalines alors qu’il n’arrête de prôner le changement. Plus de deux ans en compagne, Jovenel Moise continu à faire des promesses partout il se passe.

L’opposition, malgré sa puissance parait un peu faible. Je me rappelle la lutte menée par le sénateur extradé «Guy Philippe » en 2004 pour renverser le régime LAVALAS au pouvoir. Il faut qu’il y a une réveille de conscience, la jeunesse haïtienne doit assumer leur responsabilité à travers le pays. La population a trop enduré, leur vote devienne nul.

La Rédaction

Contactez-nous : redaction@haitianslogan.com