17 OCTOBRE 2019 : ENTRE LA COMMÉMORATION DU 213ÈME ANNIVERSAIRE DE LA MORT DE L’EMPEREUR JEAN JACQUES DESSALINES ET CRISE GÉNÉRALISÉE EN HAÏTI

Depuis bien des siècles, hélas! Haïti se patauge évidemment dans un état très piteux. Quant à ces huit (8) ultimes années, avec la montée du régime «Tèt kale» à la tête du pays, la conjoncture devient chaque jour de plus en plus difficile voire fatale. La corruption, le vol, le mensonge, la violence, la criminalité et l’injustice sont entre autres tout ce qui caractérise ledit régime dans sa gestion de l’administration publique. Le peuple haïtien, en fait de ces deux (2) dernières années plus précisément ces cinq (5) dernières semaines, avec Jovenel Moise, un incapable à la plus haute magistrature de l’État, fait en effet face à une très importante situation de crise. Une crise qui ne fait que prendre au quotidien une tournure de plus en plus gigantesque, une crise qui ne fait que s’intensifier constamment comme jamais auparavant.

Un pays en mode locked, un pays malade.

Nous sommes à l’heure où l’on parle un pays fermé et maladif; un État perdant quasi-entièrement toute sa sève vivifiante. Nous sommes un pays où rien ne fonctionne normalement pour ne pas dire totalement. Un pays où les activités dans : les hôpitaux, les écoles, les universités, entre autres, se paralysent ou se cessent complètement. Nous sommes, comme s’intitule le slogan du moment, un pays en mode « locked ». Un pays
verrouillé à l’instar d’un ami et frère dont je m’ abstiens de citer le nom. Nous sommes un pays en train d’être trépassé où nos soit-disant dirigeants sans foi ni loi n’ont ni la volonté ni la capacité de l’assister encore moins de le sauver.

Aujourd’hui, le 17 octobre 2019, date marquant la commémoration du 213ème anniversaire de la mort de l’Empereur Jean Jacques Dessalines, père fondateur de notre patrie, il est plus que frustrant de constater à quel point la nation haïtienne, symbole de la liberté des noirs, s’agenouille dans la misère, dans la crasse et dans les immondices. Le pays va de mal en point. Haïti autrefois la perle des antilles est aujourd’hui suffoqué par ses propres fils et filles enhardis autrefois.

Le pays est malade, quel docteur pour le traiter? Le pays est affamé, quel bon samaritain pour le nourrir? Le pays est abusé, maltraité, quel avocat pour le défendre? quel juge pour le faire justice? Le pays pleure, il crie, il se lamente. Pouvons-nous donc compter sur ces dirigeants sans honte ni vergogne d’aujourd’hui pour venir à son secours?

Que feraient l’Empereur Jean Jacques Dessalines et nos ancêtres s’ils étaient là aujourd’hui?

Il est aujourd’hui tant de cesser les hypocrisies, tant de mettre de côté nos simulacres. Pourquoi des conférence de presse? Pourquoi la déposition de gerbes de fleurs? Pourquoi des cérémonies de commémoration de la mort de l’Empereur si, en fait, nous ne semons que les grains de maleur et de l’effondrement de la nation?
Dessalines n’en a-t-il pas assez d’être encore et encore sacrifié tous les jours par nos mensonges, nos haines et nos trahisons face à la nation? Que feraient l’empereur et nos ancêtres qui se sont tous sacrifiés pour notre indépendance s’ils étaient là aujourd’hui pour voir dans quel état plongeons-nous le pays ?
Un fait est sûr et certain, le régime «Tèt kale» avec la personne de Jovenel Moise comme ultime représentant est aujourd’hui un véritable obstacle à la libération du pays. Et vous alors, militants et militantes de l’opposition? N’avez-vous aucune responsabilité à endosser face à la conjoncture actuelle du pays? Ce sont là des questions très importantes auxquelles nous devrions répondre.

Somme toute, en toute conscience, je prends la responsabilité de le dire et je l’assume: nous sommes tous coupables et devons tous assumer nos responsabilités en vue d’affranchir le pays de l’état piteux auquel il se patauge depuis très longtemps.

Auteur: Peterson Plaisir

Peterson Plaisir

Peterson PLAISIR, originaire de Delmas (Haïti), demeurant et domicilié à Tabarre, Journaliste, Étudiant en Sciences Juridiques-Droit et en Sciences de la Communication, Producteur, Entrepreneur.